Théâtre à Aressy le 22 novembre « Tapin quotidien » par Léandre Arribes

« Linda » est une fable tragi-comique, qui raconte le quotidien d’un travesti prostitué face à ses souffrances et sa solitude.
Sa seule survie, c’est une histoire d’amour qui vacille. Pourtant, Linda sublime sa part de paillettes par sa condition de Reine des podiums du département, s’emballe sur des souvenirs amoureux de bidasses, de caïds et de rugbymen, et redevient sérieuse quand elle parle de son métier comme d’une vocation. Sur son bout de trottoir, « Linda » nous dévoile aussi ses relations politiques et ses stratégies d’abordage. Telle une boule à facettes, elle virevolte sur le bitume et le spectateur s’attache à elle. A travers ce personnage cabossé, c’est les failles du quotidien que nous propose de découvrir Léandre Arribes en interprétant « Linda », un personnage en marge, sensible et drôle et ô combien humain.

P1030675

 

Metteur en Scène : Richard Cayre.
Auteur : Léandre Arribes (comédien).

Publicités

Atelier théâtre le mercredi de 19h 15 à 20h 30

 

 

 

 

 

  L’association Aresitoyen propose le mercredi

 

un atelier théâtre adultes et jeunes (à partir de 16 ans)  animé  par

COLETTE   PROUVOST

 

 

Les cours se dérouleront

le mercredi de 19h 15 à 20h30

à  la  Maison  pour  tous

 

 

 

 

Au  programme :

 

Improvisations et techniques  théâtrales

 

              Inscriptions et  renseignements au 06-74-03-13-78

 

 

L’art derrière les barbelés

 

 

L’art  derrière  les 

 

 barbelés

 

                                     

 

 

 

 

  

 

ARESSY

 

 

 

 

 

le  vendredi 24 octobre  2008 à la

Maison  pour  tous

 

 

Conférence   débat   autour du camp de Gurs

 

 

Avec  Claude  Laharie  historien

 

 

 
 
 
L’association  Aresitoyen a proposé  le 24  octobre 2008 une animation   « Film,  Conférence  débat »  autour  du  camp  de  Gurs   avec  Claude  Laharie ,  historien.
 Gurs 1939-1945 :  un  camp  d’internement pour  étrangers, 
 
en  terre béarnaise. Soixante mille  hommes,  femmes  et  enfants y  sont  enfermés  dans  la misère,  la  solitude,  le  froid  et  la  faim.

D’abord,  des  Espagnols  chassés  de  chez  eux par  le  franquisme,  ensuite  des  Juifs. 

 Gurs,  pour  eux ,  c’est  le  malheur.

Comment  survivre  dans  ce  camp  ou  l’on manque  de  tout ?

Certains  internés  ont  trouvé  dans  l’art,  dans  la  peinture,  dans  la  musique,   dans  la  poésie,  la  force  de  combattre.  L’art  a  été  pour  eux une  brève  embellie  dans   leur  vie  terne  et  misérable.  L’art  les  a  aidé  à  résister    et  a  survivre.

Il nous  reste  quelques une   de  leurs  œuvres. .  Un  témoignage impitoyable   sur  leur   internement,  mais  aussi   sur  leur  humanité.

Un    sujet  toujours  d’actualité ?

Une  soirée  particulièrement    intéressante   qui  a  permis    au  public  présent  de  mieux  connaître  l’histoire  de  ce  camp et,  de  s’interroger  sur  cette  période  de  l’histoire   de  notre  région.